24 novembre 2019 –

L’humoriste britannique Sacha Baron Cohen a reçu le 21 novembre 2019, à New York, le Prix du leadership international décerné par la Ligue anti-diffamation (ADL) pour son recours à la comédie pour lutter contre le racisme, l’islamophobie et l’antisémitisme.

Lors de son discours, Sacha Baron Cohen a fustigé les réseaux sociaux de propager la haine, le négationnisme et le conspirationniste.

Depuis des années, nous alertons sur la violence idéologique diffusée à travers les Géants du Web (Facebook, YouTube, Twitter… ), Sacha Baron Cohen est devenu notre caisse de résonance. Merci à lui !

 

La vidéo de son discours et le texte dans son intégralité en anglais et en français

Son discours dans son intégralité en anglais :

https://www.theguardian.com/technology/2019/nov/22/sacha-baron-cohen-facebook-propaganda

Thank you, ADL, for this recognition and your work in fighting racism, hate and bigotry. And to be clear, when I say “racism, hate and bigotry” I’m not referring to the names of Stephen Miller’s Labradoodles.

Now, I realize that some of you may be thinking, what the hell is a comedian doing speaking at a conference like this! I certainly am. I’ve spent most of the past two decades in character. In fact, this is the first time that I have ever stood up and given a speech as my least popular character, Sacha Baron Cohen. And I have to confess, it is terrifying.

I realize that my presence here may also be unexpected for another reason. At times, some critics have said my comedy risks reinforcing old stereotypes.

The truth is, I’ve been passionate about challenging bigotry and intolerance throughout my life. As a teenager in the UK, I marched against the fascist National Front and to abolish apartheid. As an undergraduate, I traveled around America and wrote my thesis about the civil rights movement, with the help of the archives of the ADL. And as a comedian, I’ve tried to use my characters to get people to let down their guard and reveal what they actually believe, including their own prejudice.

Now, I’m not going to claim that everything I’ve done has been for a higher purpose. Yes, some of my comedy, OK probably half my comedy, has been absolutely juvenile and the other half completely puerile. I admit, there was nothing particularly enlightening about me – as Borat from Kazakhstan, the first fake news journalist – running through a conference of mortgage brokers when I was completely naked.

But when Borat was able to get an entire bar in Arizona to sing “Throw the Jew down the well,” it did reveal people’s indifference to antisemitism. When – as Bruno, the gay fashion reporter from Austria – I started kissing a man in a cage fight in Arkansas, nearly starting a riot, it showed the violent potential of homophobia. And when – disguised as an ultra-woke developer – I proposed building a mosque in one rural community, prompting a resident to proudly admit, “I am racist, against Muslims” – it showed the acceptance of Islamophobia.

That’s why I appreciate the opportunity to be here with you. Today around the world, demagogues appeal to our worst instincts. Conspiracy theories once confined to the fringe are going mainstream. It’s as if the Age of Reason – the era of evidential argument – is ending, and now knowledge is delegitimized and scientific consensus is dismissed. Democracy, which depends on shared truths, is in retreat, and autocracy, which depends on shared lies, is on the march. Hate crimes are surging, as are murderous attacks on religious and ethnic minorities.

What do all these dangerous trends have in common? I’m just a comedian and an actor, not a scholar. But one thing is pretty clear to me. All this hate and violence is being facilitated by a handful of internet companies that amount to the greatest propaganda machine in history.

The greatest propaganda machine in history.

Think about it. Facebook, YouTube and Google, Twitter and others – they reach billions of people. The algorithms these platforms depend on deliberately amplify the type of content that keeps users engaged – stories that appeal to our baser instincts and that trigger outrage and fear. It’s why YouTube recommended videos by the conspiracist Alex Jones billions of times. It’s why fake news outperforms real news, because studies show that lies spread faster than truth. And it’s no surprise that the greatest propaganda machine in history has spread the oldest conspiracy theory in history – the lie that Jews are somehow dangerous. As one headline put it, “Just Think What Goebbels Could Have Done with Facebook.”

On the internet, everything can appear equally legitimate. Breitbart resembles the BBC. The fictitious Protocols of the Elders of Zion look as valid as an ADL report. And the rantings of a lunatic seem as credible as the findings of a Nobel prize winner. We have lost, it seems, a shared sense of the basic facts upon which democracy depends.

When I, as the wannabe gangsta Ali G, asked the astronaut Buzz Aldrin “what woz it like to walk on de sun?” the joke worked, because we, the audience, shared the same facts. If you believe the moon landing was a hoax, the joke was not funny.

When Borat got that bar in Arizona to agree that “Jews control everybody’s money and never give it back,” the joke worked because the audience shared the fact that the depiction of Jews as miserly is a conspiracy theory originating in the Middle Ages.

But when, thanks to social media, conspiracies take hold, it’s easier for hate groups to recruit, easier for foreign intelligence agencies to interfere in our elections, and easier for a country like Myanmar to commit genocide against the Rohingya.

It’s actually quite shocking how easy it is to turn conspiracy thinking into violence. In my last show Who is America?, I found an educated, normal guy who had held down a good job, but who, on social media, repeated many of the conspiracy theories that President Trump, using Twitter, has spread more than 1,700 times to his 67 million followers. The president even tweeted that he was considering designating Antifa – anti-fascists who march against the far right – as a terror organization.

So, disguised as an Israel anti-terrorism expert, Colonel Erran Morad, I told my interviewee that, at the Women’s March in San Francisco, Antifa were plotting to put hormones into babies’ diapers in order to “make them transgender”. And he believed it.

I instructed him to plant small devices on three innocent people at the march and explained that when he pushed a button, he’d trigger an explosion that would kill them all. They weren’t real explosives, of course, but he thought they were. I wanted to see – would he actually do it?

The answer was yes. He pushed the button and thought he had actually killed three human beings. Voltaire was right: “Those who can make you believe absurdities, can make you commit atrocities.” And social media lets authoritarians push absurdities to billions of people.

In their defense, these social media companies have taken some steps to reduce hate and conspiracies on their platforms, but these steps have been mostly superficial.

I’m speaking up today because I believe that our pluralistic democracies are on a precipice and that the next 12 months, and the role of social media, could be determinant. British voters will go to the polls while online conspiracists promote the despicable theory of “great replacement” that white Christians are being deliberately replaced by Muslim immigrants. Americans will vote for president while trolls and bots perpetuate the disgusting lie of a “Hispanic invasion”. And after years of YouTube videos calling climate change a “hoax”, the United States is on track, a year from now, to formally withdraw from the Paris accords. A sewer of bigotry and vile conspiracy theories that threatens democracy and our planet – this cannot possibly be what the creators of the internet had in mind.

I believe it’s time for a fundamental rethink of social media and how it spreads hate, conspiracies and lies. Last month, however, Mark Zuckerberg of Facebook delivered a major speech that, not surprisingly, warned against new laws and regulations on companies like his. Well, some of these arguments are simply absurd. Let’s count the ways.

First:

Zuckerberg tried to portray this whole issue as “choices … around free expression”. That is ludicrous. This is not about limiting anyone’s free speech. This is about giving people, including some of the most reprehensible people on earth, the biggest platform in history to reach a third of the planet. Freedom of speech is not freedom of reach. Sadly, there will always be racists, misogynists, antisemites and child abusers. But I think we could all agree that we should not be giving bigots and pedophiles a free platform to amplify their views and target their victims.

Second:

Zuckerberg claimed that new limits on what’s posted on social media would be to “pull back on free expression”. This is utter nonsense. The first amendment says that “Congress shall make no law” abridging freedom of speech, however, this does not apply to private businesses like Facebook. We’re not asking these companies to determine the boundaries of free speech across society. We just want them to be responsible on their platforms.

If a neo-Nazi comes goose-stepping into a restaurant and starts threatening other customers and saying he wants kill Jews, would the owner of the restaurant be required to serve him an elegant eight-course meal? Of course not! The restaurant owner has every legal right and a moral obligation to kick the Nazi out, and so do these internet companies.

Third:

Zuckerberg seemed to equate regulation of companies like his to the actions of “the most repressive societies”. Incredible. This, from one of the six people who decide what information so much of the world sees. Zuckerberg at Facebook, Sundar Pichai at Google, at its parent company Alphabet, Larry Page and Sergey Brin, Brin’s ex-sister-in-law, Susan Wojcicki at YouTube and Jack Dorsey at Twitter.

The Silicon Six – all billionaires, all Americans – who care more about boosting their share price than about protecting democracy. This is ideological imperialism – six unelected individuals in Silicon Valley imposing their vision on the rest of the world, unaccountable to any government and acting like they’re above the reach of law. It’s like we’re living in the Roman Empire, and Mark Zuckerberg is Caesar. At least that would explain his haircut.

Here’s an idea. Instead of letting the Silicon Six decide the fate of the world, let our elected representatives, voted for by the people, of every democracy in the world, have at least some say.

Fourth:

Zuckerberg speaks of welcoming a “diversity of ideas”, and last year he gave us an example. He said that he found posts denying the Holocaust “deeply offensive”, but he didn’t think Facebook should take them down “because I think there are things that different people get wrong”. At this very moment, there are still Holocaust deniers on Facebook, and Google still takes you to the most repulsive Holocaust denial sites with a simple click. One of the heads of Google once told me, incredibly, that these sites just show “both sides” of the issue. This is madness.

To quote Edward R Murrow, one “cannot accept that there are, on every story, two equal and logical sides to an argument”. We have millions of pieces of evidence for the Holocaust – it is an historical fact. And denying it is not some random opinion. Those who deny the Holocaust aim to encourage another one.

Still, Zuckerberg says that “people should decide what is credible, not tech companies.” But at a time when two-thirds of millennials say they haven’t even heard of Auschwitz, how are they supposed to know what’s “credible”? How are they supposed to know that the lie is a lie?

There is such a thing as objective truth. Facts do exist. And if these internet companies really want to make a difference, they should hire enough monitors to actually monitor, work closely with groups like the ADL, insist on facts and purge these lies and conspiracies from their platforms.

Fifth:

when discussing the difficulty of removing content, Zuckerberg asked “where do you draw the line?” Yes, drawing the line can be difficult. But here’s what he’s really saying: removing more of these lies and conspiracies is just too expensive.

These are the richest companies in the world, and they have the best engineers in the world. They could fix these problems if they wanted to. Twitter could deploy an algorithm to remove more white supremacist hate speech, but they reportedly haven’t because it would eject some very prominent politicians from their platform. Maybe that’s not a bad thing! The truth is, these companies won’t fundamentally change because their entire business model relies on generating more engagement, and nothing generates more engagement than lies, fear and outrage.

It’s time to finally call these companies what they really are – the largest publishers in history. And here’s an idea for them: abide by basic standards and practices just like newspapers, magazines and TV news do every day. We have standards and practices in television and the movies; there are certain things we cannot say or do. In England, I was told that Ali G could not curse when he appeared before 9pm. Here in the US, the Motion Picture Association of America regulates and rates what we see. I’ve had scenes in my movies cut or reduced to abide by those standards. If there are standards and practices for what cinemas and television channels can show, then surely companies that publish material to billions of people should have to abide by basic standards and practices too.

Take the issue of political ads. Fortunately, Twitter finally banned them, and Google is making changes, too. But if you pay them, Facebook will run any “political” ad you want, even if it’s a lie. And they’ll even help you micro-target those lies to their users for maximum effect. Under this twisted logic, if Facebook were around in the 1930s, it would have allowed Hitler to post 30-second ads on his “solution” to the “Jewish problem”. So here’s a good standard and practice: Facebook, start factchecking political ads before you run them, stop micro-targeted lies immediately, and when the ads are false, give back the money and don’t publish them.

Here’s another good practice: slow down. Every single post doesn’t need to be published immediately. Oscar Wilde once said that “we live in an age when unnecessary things are our only necessities.” But is having every thought or video posted instantly online, even if it is racist or criminal or murderous, really a necessity? Of course not!

The shooter who massacred Muslims in New Zealand live-streamed his atrocity on Facebook where it then spread across the internet and was viewed likely millions of times. It was a snuff film, brought to you by social media. Why can’t we have more of a delay so this trauma-inducing filth can be caught and stopped before it’s posted in the first place?

Finally:

Zuckerberg said that social media companies should “live up to their responsibilities”, but he’s totally silent about what should happen when they don’t. By now it’s pretty clear, they cannot be trusted to regulate themselves. As with the Industrial Revolution, it’s time for regulation and legislation to curb the greed of these hi-tech robber barons.

In every other industry, a company can be held liable when their product is defective. When engines explode or seatbelts malfunction, car companies recall tens of thousands of vehicles, at a cost of billions of dollars. It only seems fair to say to Facebook, YouTube and Twitter: your product is defective, you are obliged to fix it, no matter how much it costs and no matter how many moderators you need to employ.

In every other industry, you can be sued for the harm you cause. Publishers can be sued for libel, people can be sued for defamation. I’ve been sued many times! I’m being sued right now by someone whose name I won’t mention because he might sue me again! But social media companies are largely protected from liability for the content their users post – no matter how indecent it is – by Section 230 of, get ready for it, the Communications Decency Act. Absurd!

Fortunately, internet companies can now be held responsible for pedophiles who use their sites to target children. I say, let’s also hold these companies responsible for those who use their sites to advocate for the mass murder of children because of their race or religion. And maybe fines are not enough. Maybe it’s time to tell Mark Zuckerberg and the CEOs of these companies: you already allowed one foreign power to interfere in our elections, you already facilitated one genocide in Myanmar, do it again and you go to jail.

In the end, it all comes down to what kind of world we want. In his speech, Zuckerberg said that one of his main goals is to “uphold as wide a definition of freedom of expression as possible”. Yet our freedoms are not only an end in themselves, they’re also the means to another end – as you say here in the US, the right to life, liberty and the pursuit of happiness. But today these rights are threatened by hate, conspiracies and lies.

Allow me to leave you with a suggestion for a different aim for society. The ultimate aim of society should be to make sure that people are not targeted, not harassed and not murdered because of who they are, where they come from, who they love or how they pray.

If we make that our aim – if we prioritize truth over lies, tolerance over prejudice, empathy over indifference and experts over ignoramuses – then maybe, just maybe, we can stop the greatest propaganda machine in history, we can save democracy, we can still have a place for free speech and free expression, and, most importantly, my jokes will still work.

Thank you all very much.

 

Son discours dans son intégralité en français  :

« Merci, ADL, pour cette reconnaissance et votre travail dans la lutte contre le racisme, la haine et le fanatisme. Et pour être clair, quand je parle de «racisme, haine et fanatisme», je ne fais pas référence aux noms des Labradoodles de Stephen Miller [un conseiller en com’ de Trump].

Maintenant, je me rends compte que certains d’entre vous pensent peut-être, « comment se fait-il qu’un comique parle devant une conférence comme celle-ci! » Je me pose la même question. J’ai passé la plupart des deux dernières décennies a jouer un personnage. En fait, c’est la première fois que je me lève et prononce un discours en tant que mon personnage le moins populaire : Sacha Baron Cohen. Et je dois avouer que c’est terrifiant.

Je me rends compte que ma présence ici peut aussi être inattendue pour une autre raison. Certains critiques ont parfois affirmé que ma comédie risquait de renforcer les vieux stéréotypes.

La vérité est que j’ai toujours combattu l’intolérance et les préjugés au cours de ma vie. Adolescent au Royaume-Uni, j’ai marché contre le Front national fasciste et pour abolir l’apartheid. En tant qu’étudiant de premier cycle, j’ai parcouru les États-Unis et rédigé ma thèse sur le mouvement des droits civiques, avec l’aide des archives de l’ADL. Et en tant que comédien, j’ai essayé d’utiliser mes personnages pour amener les gens à baisser leur garde et à oser dire ce qu’ils croient réellement, y compris en étalant leurs propres préjugés.

Maintenant, je ne vais pas prétendre que tout ce que j’ai fait a été fait dans un but supérieur. Oui, une partie de ma comédie… OK probablement la moitié de ma comédie, a été absolument juvénile et l’autre moitié totalement puérile. J’admets que parcourir une conférence de courtiers en prêts hypothécaires alors que j’étais complètement nu – en tant que premier journaliste de faux journal de Borat, originaire du Kazakhstan – n’était pas forcément pertinent.

Mais quand Borat a réussi à faire chanter «Jetez le Juif dans le puits», à un bar entier en Arizona, cela révélait l’indifférence des gens à l’égard de l’antisémitisme. Quand, en tant que journaliste de mode gay en Autriche, Bruno, j’ai commencé à embrasser un homme dans une bagarre en cage dans l’Arkansas, au point de déclencher une émeute, cela montrait le potentiel violent de l’homophobie. Et quand, déguisé en développeur gauchiste, j’ai proposé de construire une mosquée dans une communauté rurale, poussant un résident à admettre fièrement «Je suis raciste contre les musulmans», c’était pour montrer le niveau d’acceptation de l’islamophobie.

C’est pourquoi j’apprécie l’opportunité d’être ici avec vous. De nos jours, dans le monde entier, les démagogues font appel à nos pires instincts. Les théories du complot, autrefois confinées à la frange, se généralisent. C’est comme si l’âge de la raison – l’ère de l’argument et de la preuve – prenait fin, et maintenant le savoir est délégitimé et le consensus scientifique est rejeté. La démocratie, qui dépend de vérités partagées, est en recul et l’autocratie, qui dépend de mensonges partagés, est en marche. Les crimes motivés par la haine augmentent , de même que les attaques meurtrières contre les minorités religieuses et ethniques.

Qu’est-ce que toutes ces tendances dangereuses ont en commun? Je ne suis qu’un comédien et un acteur, pas un érudit. Mais une chose est assez claire pour moi. Toute cette haine et cette violence sont facilitées par un petit groupe de sociétés Internet qui constituent la plus grande machine de propagande de l’histoire.

La plus grande machine de propagande de l’histoire

Pensez-y. Facebook, YouTube et Google, Twitter et autres atteignent des milliards de personnes. Les algorithmes sur lesquels reposent ces plateformes amplifient délibérément le type de contenu qui maintient les utilisateurs engagés – des histoires qui font appel à nos instincts les plus bas et qui déclenchent l’indignation et la peur. C’est pourquoi YouTube a recommandé des milliards de fois les vidéos du conspirateur Alex Jones. C’est pourquoi les fausses informations dépassent les informations réelles, car des études montrent que les mensonges se propagent plus vite que la vérité. Et il n’est pas surprenant que la plus grande machine de propagande de l’histoire ait répandu la plus ancienne théorie du complot de l’histoire – le mensonge selon lequel les Juifs sont en quelque sorte dangereux. Comme le dit une manchette : «Pensez simplement à ce que Goebbels aurait pu faire avec Facebook.»

Sur Internet, tout peut paraître également légitime. Breitbart ressemble à la BBC. Les protocoles fictifs des sages de Sion ont la même valeur qu’un rapport ADL. Et les discours d’un fou semblent aussi crédibles que les découvertes d’un lauréat du prix Nobel. Nous avons perdu, semble-t-il, le même sens des faits fondamentaux sur lesquels repose la démocratie.

Lorsque sous le déguisement du gangsta Ali G, j’ai demandé à l’astronaute Buzz Aldrin: «Qu’est-ce que ça fait de marcher sur le soleil?», La blague a fonctionné, car nous, les spectateurs, avons partagé les mêmes faits. Si vous croyez que l’atterrissage sur la lune était un canular, la blague n’était pas drôle.

Quand Borat a obtenu que ce bar en Arizona admette que «les Juifs contrôlent l’argent de tout le monde et ne le rendent jamais», la blague a fonctionné, car le public a partagé le fait que la représentation des Juifs comme un avare est une théorie du complot née du Moyen Âge.

Mais lorsque, grâce aux médias sociaux, les conspirations se répandent, il est plus facile pour les groupes de haine de recruter, pour les agences de renseignement étrangères de se mêler de nos élections et pour un pays comme le Myanmar de commettre un génocide contre les Rohingya.

C’est en fait assez choquant de constater à quel point il est facile de transformer la pensée conspirationniste en violence. Lors de ma dernière émission, Who is America ?, j’ai trouvé un type instruit et normal qui avait un bon travail, mais qui, sur les réseaux sociaux, a propagé bon nombre des théories du complot que le président Trump, utilisant Twitter, a diffusées plus de 1 700 fois à ses 67 millions d’adeptes. Le président a même tweeté qu’il envisageait de désigner Antifa, une organisation antifasciste qui marche contre l’extrême droite, comme une organisation terroriste.

Alors, déguisé en expert antiterroriste israélien, le colonel Erran Morad, j’ai dit à la personne interrogée que, lors de la Marche des femmes à San Francisco, les Antifas avaient comploté de mettre des hormones dans les couches pour bébés afin de les «rendre transgenres». Et il y a cru.

Je lui ai demandé de planter de petits engins sur trois personnes innocentes lors de la marche et lui ai expliqué que lorsqu’il appuierait sur un bouton, il déclencherait une explosion qui les tuerait tous. Bien sûr, ce n’étaient pas de véritables explosifs, mais il y croyait. Je voulais savoir – le ferait-il réellement?

La réponse était oui. Il appuya sur le bouton et pensa avoir réellement tué trois êtres humains. Voltaire avait raison: «Ceux qui peuvent vous faire croire des absurdités peuvent vous faire commettre des atrocités.» Et les médias sociaux permettent aux autoritariens d’imposer des absurdités à des milliards de personnes.

Pour leur défense, ces sociétés de médias sociaux ont pris des mesures pour réduire la haine et les complots sur leurs plateformes, mais ces mesures sont pour la plupart superficielles.

Je m’exprime aujourd’hui parce que je pense que nos démocraties pluralistes sont au bord du gouffre et que les 12 prochains mois, ainsi que le rôle des médias sociaux, pourraient être déterminants. Les électeurs britanniques se rendront aux urnes pendant que les conspirateurs en ligne défendent la théorie abominable du «grand remplacement» selon laquelle les chrétiens blancs sont délibérément remplacés par des immigrants musulmans. Les Américains vont voter pour le président tandis que les trolls et les bots perpétuent le mensonge dégoûtant d’une « invasion hispanique ». Et après des années de vidéos sur YouTube qualifiant de «canular» le changement climatique, les États-Unis sont sur le point, dans un an, de se retirer officiellement des accords de Paris. Un égout de théories de racisme et de conspiration viles qui menace la démocratie et notre planète – cela ne peut pas être ce que les créateurs d’Internet avaient en tête.

Je pense qu’il est temps de repenser en profondeur les médias sociaux et leur propagation de la haine, des complots et des mensonges. Le mois dernier, toutefois, Mark Zuckerberg a prononcé un discours important qui, sans surprise, mettait en garde contre de nouvelles lois et réglementations concernant des sociétés comme la sienne. Eh bien, certains de ces arguments sont simplement absurdes. Voyons de quelle façon.

Tout d’abord :

Zuckerberg a essayé de décrire toute cette question comme «des choix… autour de la liberté d’expression». C’est ridicule. Il ne s’agit pas de limiter la liberté d’expression de quiconque. Il s’agit de donner aux gens, y compris à certaines des personnes les plus dangereuses du monde, la plus grande plate-forme de l’histoire pour atteindre un tiers de la planète. La liberté d’expression n’est pas la liberté de diffusion. Malheureusement, il y aura toujours des racistes, des misogynes, des antisémites et des abuseurs d’enfants. Mais je pense que nous pourrions tous convenir que nous ne devrions pas donner aux bigots et aux pédophiles une plate-forme gratuite pour amplifier leurs points de vue et cibler leurs victimes.

Deuxièmement :

Zuckerberg a affirmé que les nouvelles limites sur ce qui est affiché sur les médias sociaux consisteraient à «réduire la liberté d’expression». C’est un non-sens total. Le premier amendement stipule que «le Congrès ne légifère pas» pour restreindre la liberté d’expression, mais cela ne s’applique pas aux entreprises privées comme Facebook. Nous ne demandons pas à ces entreprises de déterminer les limites de la liberté d’expression dans la société. Nous voulons juste qu’ils soient responsables sur leurs plateformes.

Si un néo-nazi arrive dans un restaurant et commence à menacer d’autres clients et à dire qu’il veut tuer des Juifs, le propriétaire du restaurant serait-il tenu de lui servir un élégant repas de huit plats? Bien sûr que non! Le propriétaire du restaurant a tous les droits légaux et même l’obligation morale d’expulser les nazis, de même que ces sociétés Internet.

Troisièmement :

Zuckerberg semblait assimiler la réglementation de sociétés comme la sienne aux actions des «sociétés les plus répressives». Incroyable. Ceci, de l’une des six personnes qui décident quelles informations sont vues par une grande partie du monde. Zuckerberg sur Facebook, Sundar Pichai sur Google et sur Alphabet, Larry Page et Sergey Brin, Susan Wojcicki, l’ex-belle-soeur de Brin, sur YouTube et Jack Dorsey sur Twitter.

Les Silicon Six – tous des milliardaires, tous des Américains – attachent plus d’importance à la hausse du cours de leurs actions qu’à la protection de la démocratie. C’est de l’impérialisme idéologique – six personnes non élues de la Silicon Valley imposent leur vision au reste du monde, ne sont responsables devant aucun gouvernement et agissent comme si elles étaient au-dessus de la loi. C’est comme si nous vivions dans l’empire romain, et que Mark Zuckerberg était César. Au moins, cela expliquerait sa coupe de cheveux.

Voici une idée. Au lieu de laisser les Silicon Six décider du destin du monde, laissez au moins nos représentants élus, élus par le peuple, de toutes les démocraties du monde avoir au moins leur mot à dire.

Quatrièmement :

Zuckerberg parle d’accueillir une «diversité d’idées» et l’année dernière, il nous a donné un exemple. Il a déclaré avoir trouvé les publications niant l’holocauste «profondément offensantes», mais il ne pensait pas que Facebook devrait les censurer «parce que je pense que les gens différents peuvent se tromper». En ce moment même, il y a encore des négationnistes de l’Holocauste sur Facebook, et Google vous emmène toujours vers les sites les plus répugnants niant l’Holocauste à l’aide d’un simple clic. Un des responsables de Google m’a dit une fois, c’est à peine croyable, que ces sites participent à montrer «les deux côtés» du problème. C’est de la folie.

Pour citer Edward R. Murrow, on «ne peut accepter qu’il y ait, dans chaque histoire, deux aspects égaux et logiques d’un argument». Nous avons des millions d’éléments de preuve pour l’Holocauste – c’est un fait historique. Et le nier n’est pas une opinion comme une autre. Ceux qui nient l’Holocauste veulent en encourager un autre.

Pourtant, Zuckerberg affirme que «les gens devraient décider de ce qui est crédible, pas des entreprises technologiques». Mais à un moment où les deux tiers de la génération Y déclarent qu’ils n’ont même pas entendu parler d’Auschwitz, comment sont-ils censés savoir ce qui est «crédible»? Comment sont-ils censés savoir que le mensonge est un mensonge?

Il existe une vérité objective. Les faits existent. Et si ces sociétés Internet veulent vraiment faire la différence, elles doivent embaucher assez de modérateurs pour surveiller réellement, et travailler en étroite collaboration avec des groupes tels que l’ADL, insister sur les faits et purger ces mensonges et ces complots de leurs plateformes.

Cinquièmement :

lorsqu’il a parlé de la difficulté de supprimer du contenu, Zuckerberg a demandé: «Où tracez-vous la ligne?». Oui, tracer la ligne peut être difficile. Mais voici ce qu’il dit vraiment: éliminer ces mensonges et ces complots coûte trop cher.

Ce sont les entreprises les plus riches du monde et elles ont les meilleurs ingénieurs du monde. Ils pourraient résoudre ces problèmes s’ils le voulaient. Twitter pourrait déployer un algorithme pour supprimer davantage de discours de haine de la part des suprémacistes blancs, mais ce n’est apparemment pas le cas, car cela éjecterait de très importants politiciens de leur plateforme. Peut-être que ce ne serait pas une mauvaise chose! La vérité est que ces sociétés ne changeront pas fondamentalement parce que leur modèle commercial repose sur la génération d’un plus grand engagement et que rien ne génère plus d’engagement que le mensonge, la peur et l’indignation.

Il est temps d’appeler enfin ces sociétés pour ce qu’elles sont réellement – les plus grands éditeurs de l’histoire. Et voici une idée pour eux: respectez les normes et les pratiques de base tout comme les journaux, les magazines et les journaux télévisés. Nous avons des normes et des pratiques à la télévision et au cinéma; il y a certaines choses que nous ne pouvons pas dire ou faire. En Angleterre, on m’a dit qu’Ali G ne pouvait pas dire de gros mots lorsqu’il était diffusé avant 21 heures. Ici aux États-Unis, la Motion Picture Association of America réglemente et décide de l’âge approprié pour ce que nous voyons. Dans mes films, des scènes ont été coupées ou réduites pour respecter ces normes. S’il existe des normes et des pratiques pour ce que les cinémas et les chaînes de télévision peuvent montrer, les entreprises qui publient des contenus destinés à des milliards de personnes devraient également respecter les normes et les pratiques de base.

Prenons le problème des publicités politiques. Heureusement, Twitter les a finalement interdites et Google apporte également des modifications. Mais si vous les payez, Facebook diffusera toute annonce « politique » de votre choix, même si c’est un mensonge. Et ils vous aideront même à micro-cibler ces mensonges vers leurs utilisateurs pour un effet maximum. Selon cette logique tordue, si Facebook existait déjà dans les années 1930, cela aurait permis à Hitler de publier des publicités de 30 secondes sur sa « solution » au « problème juif ». Voici donc un bon standard et une bonne pratique: Facebook, commencez à vérifier vos annonces politiques avant de les diffuser, arrêtez immédiatement les mensonges ciblés et, lorsque les annonces sont fausses, restituez l’argent et ne le publiez pas.

Voici une autre bonne pratique: ralentissez. Chaque article n’a pas besoin d’être publié immédiatement. Oscar Wilde a déjà déclaré: «Nous vivons à une époque où les seules choses dont nous avons besoin sont inutiles.» Mais est-ce une nécessité que toutes les pensées ou les vidéos soient affichées instantanément en ligne, même si elles sont racistes, criminelles ou meurtrières? Bien sûr que non!

Le tireur qui a massacré des musulmans de Nouvelle-Zélande a diffusé en direct son atrocité sur Facebook, qui s’est ensuite propagée sur Internet et a probablement été vue des millions de fois. C’était un buzz présenté par les médias sociaux. Pourquoi ne pouvons-nous pas imposer plus de temps pour que cette saleté induisant des traumatismes puisse être reconnue et stoppée avant qu’elle ne soit diffusée en premier lieu?

Enfin :

Zuckerberg a déclaré que les entreprises de médias sociaux devraient «assumer leurs responsabilités», mais il reste totalement silencieux sur ce qui devrait se passer lorsqu’elles ne le font pas. À l’heure actuelle, il est assez clair qu’on ne peut pas leur faire confiance pour se réglementer eux-mêmes. Comme pour la révolution industrielle, il est temps que la réglementation et la législation freinent la cupidité de ces barons-voleur de la haute technologie.

Dans tous les autres secteurs, une entreprise peut être tenue responsable lorsque son produit est défectueux. Lorsque les moteurs explosent ou que les ceintures de sécurité fonctionnent mal, les constructeurs automobiles rappellent des dizaines de milliers de véhicules, pour un coût de plusieurs milliards de dollars. Il semble juste de dire à Facebook, YouTube et Twitter: votre produit est défectueux, vous êtes obligé de le réparer, quel que soit le coût et le nombre de modérateurs à employer.

Dans tous les autres secteurs, vous pouvez être poursuivi en justice pour le préjudice que vous causez. Les éditeurs peuvent être poursuivis pour diffamation, des personnes peuvent être poursuivies pour diffamation. J’ai été poursuivi à plusieurs reprises! Je suis poursuivi en ce moment par une personne dont je ne citerai pas le nom car il pourrait me poursuivre en justice à nouveau! Mais les entreprises de médias sociaux sont en grande partie protégées de toute responsabilité à l’égard du contenu publié par leurs utilisateurs – aussi indécent soit-il – par l’article 230 de, préparez-vous, la Communications Decency Act. Absurde!

Heureusement, les sociétés Internet peuvent désormais être tenues responsables des pédophiles qui utilisent leurs sites pour cibler les enfants. Je dis, tenons également ces sociétés pour responsables de ceux qui utilisent leurs sites pour défendre le meurtre en masse d’enfants en raison de leur race ou de leur religion. Et peut-être que les amendes ne suffiront pas. Peut-être qu’il est temps de dire à Mark Zuckerberg et aux PDG de ces sociétés: vous avez déjà permis à une puissance étrangère de s’immiscer dans nos élections, vous avez déjà facilité un génocide au Myanmar, recommencez et vous allez en prison.

En fin de compte, tout dépend du genre de monde que nous voulons. Dans son discours, Zuckerberg a déclaré que l’un de ses objectifs principaux était de « défendre une définition aussi large que possible de la liberté d’expression ». Cependant, nos libertés ne sont pas seulement une fin en elles-mêmes, elles sont également le moyen de parvenir à une autre fin – comme vous le dites ici aux États-Unis, le droit à la vie, la liberté et la recherche du bonheur. Mais aujourd’hui, ces droits sont menacés par la haine, les complots et le mensonge.

Permettez-moi de vous laisser avec une suggestion pour un objectif différent pour la société. Le but ultime de la société devrait être de veiller à ce que les personnes ne soient pas ciblées, ni harcelées, ni assassinées à cause de leur identité, de leur origine, de celles qu’elles aiment ou de la manière dont elles prient.

Si nous nous fixons cet objectif – si nous privilégions la vérité aux mensonges, la tolérance aux préjugés, l’empathie à l’indifférence et les experts aux ignorants – alors peut-être que nous pourrons peut-être arrêter la plus grande machine de propagande de l’histoire, sauver la démocratie, nous pouvons toujours avoir une place pour la liberté de parole et d’expression, et surtout, mes blagues fonctionneront toujours.

Merci beaucoup à tous. »

Fermer le menu
Partagez
Partagez
Tweetez